Le télétravail ? Une opportunité pour les cabinets … et leurs clients

Conséquence de l’épidémie du coronavirus et du confinement obligatoire, des millions de salariés travaillent de chez eux. Une révolution est-elle en vue ?

Le 17 mars 2020, du jour au lendemain, des millions de salariés se sont retrouvés à travailler de chez eux. Selon le ministère du Travail, 4 Français sur 10 sont en mesure de télétravailler, soit potentiellement 12 millions de personnes.

Pourtant, selon la direction statistique de ce même ministère (la DARES), le télétravail était pratiqué en 2017 par environ 1,8 million de personnes seulement et plutôt de façon occasionnelle. Mais l’affirmation du ministère s’appuie sur le fait que la structure de nombreux métiers exercés en France, comme celle des cabinets comptables, permet déjà de pratiquer cette forme de travail. Ces métiers représentent environ 4 millions de salariés dans le privé et 6 millions dans le public.

Ce télétravail contraint va-t-il convaincre les entreprises et les salariés d’y passer définitivement à l’issue de la crise sanitaire ? Quelle résilience apportera cette expérience ?

Elle aura au moins eu le mérite de montrer que c’est techniquement possible. Ce télétravail généralisé est promis depuis les années 1970, avec l’émergence des technologies de l’information et des communications. Force est de constater que 50 ans plus tard, on n’avait guère avancé.

Autre point positif, nous serions plus allants en télétravail, parce que moins stressés par les temps de transport et une plus grande autonomie sur les horaires effectifs. Une étude de l’Insee publiée en 2019 montre ainsi qu’on travaille plus longtemps sur une journée à la maison qu’en entreprise. En résumé, nous serions plus travailleurs en pyjama qu’en costume-cravate …

Il y a certes toujours des freins : formation des managers, animation des équipes et attachement du personnel aux contacts directs, sécurisation des données, etc…  Mais cette pratique de l’immersion forcée en aura levé beaucoup.

Ce confinement est l’occasion d’éduquer les équipes et les managers, d’organiser le télétravail. Car il ne s’agit pas seulement de salariés qui restent chez eux. Le télétravail doit être dynamique. Il doit être pensé de manière systémique, profiter au mieux des outils de travail collaboratifs et de communication en temps réel.

Les principales applications indispensables au télétravailleur :

Il en va de même pour la relation avec vos clients, où des applications comme Teams, Meet ou Zoom peuvent avantageusement être utilisées, y compris pour une présentation des comptes, plutôt qu’un déplacement, de surcroît prohibé en cette période.

Et nos cabinets sont plutôt bien armés aujourd’hui, grâce à la dématérialisation galopante et à la mise en œuvre des nombreux outils collaboratifs connectés à la production du cabinet, via leur plateforme web, comme le propose ACD Groupe avec sa Suite Expert et les applications de ses partenaires du Village Connecté :

Depuis la dématérialisation qui épargne déjà le transport et le stockage du papier, permet l’automatisation des traitements et sa restitution en temps réel au client, jusqu’à l’apport de services complémentaires à forte valeur ajoutée, l’écosystème du télétravail est aujourd’hui mature et prêt à nous en servir tous les bénéfices.

Certes, pour inscrire durablement le télétravail dans nos mœurs, il reste encore beaucoup à faire à nos collectivités territoriales et à l’état pour repenser les investissements, notamment en termes d’infrastructures. Mais à notre niveau, nous avons tous les atouts pour transformer l’essai et engager cette révolution structurelle sur le long terme. Alors ? Prêt ?

Par Thierry Banchetry, Directeur produits ACD Groupe

Source Le Point – publié le 27/03/2020